:: ARTISANAT ::  :: HISTORIQUE ::  :: ARTICLE ::


LE TAPIS   : MODE D’EXPRESSION DANS LE HAUT ET LE MOYEN ATLAS MAROCAIN.(Symbole de la civilisation berbère).

 A l’instar de tout acte culturel, artistique et folklorique, le tapis est un objet d’art basé sur une connaissance de civilisation ancestrale des peuples qui ont, tout le long de l’histoire, exprimé leur savoir à travers des moyens décoratifs, de sculptures, de poèmes, de dessins divers, de couleurs,…etc.

Le tapis est donc un objet artistique réalisé dans des familles de grandes traditions pastorales et qui vivent en générale de l’élevage et de l’agriculture (donc des familles rurales).

La fabrication des tapis traditionnels, sous toutes leurs formes, nécessite la présence de certaines conditions, des moyens et du matériel de bases dont, notamment :

  • la laine pure et saine, comme matière première qui sera transformée en fils à différentes dimensions et propriétés variées, des colorants naturels…
  • un matériel adéquat (métier à tisser) de différentes formes, selon l’utilisation souhaitée,
  • un personnel compétent maîtrisant les techniques traditionnelles de tissage et de motifs décoratifs..,

Le tissage des tapis constitue une activité parfois essentielle dans certains milieux, car cela joue un rôle économique primordial dans la subsistance des familles. C’est un mode de commerce traditionnel basé  sur le troc. Dans un ménage l’homme et la femme travaillent en coopération. La femme s’occupe du tissage et le modelage des tapis et le mari s’occupe de la commercialisation dans les marchés hebdomadaires, et fait, en contre partie, l’achat des produits alimentaires et autres produits dont ils ont besoin pour vivre.

De point de vue artistique, le meilleur tapis est encore fait dans certaines régions berbères à base de produits naturels locaux (colorants).Les motifs décoratifs utilisés est l’expression de la culture de la tribu dont est originaire le produit. Ces motifs relatent l’esprit de cohabitation qui a toujours existé dans ces tributs depuis une histoire lointaines avec les peuples de différentes convictions et de différentes civilisations (musulmans, juifs, berbères, chrétiens) Les tribus berbères constituent l’exemple le plus frappant de cette esprit de tolérance et de cohabitation ; car dans la plus part d’entre elles l’on peut même, aujourd’hui encore, rencontrer des artisans juifs.

La maîtrise de l’art de tisser les tapis se transmis de mère à fille, ce qui constitue une tradition d’apprentissage dans les milieux ruraux. Le langage visuel traditionnel commun de la collectivité ainsi que les techniques permettant de nouer avec doigter les fils d’un tissage est aussi appris sur le tas, en confrontation avec la réalité. Les motifs décoratifs figurant sur les différents tissages sont très significatifs. Ces éléments différents d’une tribu à une autre, ce qui fait de cet art une vraie mosaïque.

La présentation des figures et des symboles décoratifs sont faits de manières poétiques et révèlent une œuvre musicale, un tableau d’art fait avec goût et du bon sens. La tonalité des couleurs forme une mélodie visuelle inégalée.

Le tapis est une tradition plutôt berbérophone car, c ‘est dans le Sud marocain, dans le Haut et le Moyen Atlas, que le tapis a connu son épanouissement (sous le nom : Tazarbit). Le perfectionnement de cette œuvre d’art significative d’une culture plurielle, et de savoir ancestral, est l’une des préoccupations quotidiennes des familles de ces régions.

Le Centre Ait Ouaouzguit, dans la province de Ouarzazate, est l’un des principaux berceaux de cette production artisanale. Ce Centre de renommée mondiale, est situé dans le Haut Atlas, là où la confection des tapis prédomine. En tant que haut lieu de l’artisanat en général et du tapis en particulier, Ait Ouaouzguit est à son tour composé de plusieurs points de production et notamment :

- Tamassin - Ait Semgane - Ai Waya

- Ait Ougharda - Tidili - Taznakt

- Ait Ouchen -Ait Ameur,

Znaga et Sektana comme points limitrophes.

La région des mille Kasbahs compte deux coopératives principales :

  • La coopérative de Ouarzazate,
  • La Coopérative de Taznakt.

La classification des tapis :

Les tapis sont classés en deux grandes catégories :

  • 1- Le tapis de tradition berbères : c’est la catégorie la plus importante et la plus représentative à l’échelon mondial .C’est une production typiquement Atlasique avec une décoration et des motifs exceptionnels, propres à une tribu bien précise. Nous considérons, à cet effet, les sous catégories suivantes :
  • A- le tapis du moyen Atlas (région de Méknés,- Rabat), tribu Zemmour- Zaer- Zain- Bani Mtir- Ait Sgougou- Beni M’guil.
  • B- Le tapis Moyen Atlas (région de Fès – Taza). : Tribus Beni- Ouarain – Ait Ighezzrane- Beni Alaham- Ait Halli –Ait youssi – Ait Seghrouchéne- Marmoucha- Ait Youb – Ait Izdeg- Aît Yaâcoub.
  • C- Maroc Oriental (région de Taourirt-Oujda) :

Tribus : Beni Bou Yazhi – Beni Bouzggou.

  • D- Haouz de Marrakech (région de Marrakech et Essaouira)

Tribus: oulad Bou Sbaâ- Chichaoua – Rhamna – Chiadma- Beld Ahmed- Aït Immour.

  • E- Haut Atlas (Région de Ouarzazate) :

Tribus : Aït Ouaouzguite – Taznakt – Ait Zeneb- Ait Ouayya – Asquaouene.

Cette région est la plus réputée, actuellement, dans la confection des tapis berbère commercialisé au niveau international

Par Salah Chakor