LA ROUTE DE MILLE CASBAHS.

UN MAROC AUTHENTIQUE, CONSTITUANT UN TRESOR CULTUREL ET RENFERMANT UN TOURISME DU TERROIR.

Le Grand Sud marocain, terre d’hospitalité, trésor riche de ses femmes et de ses hommes, le monde souriant, guai, formés de paysages aussi innocents que ses habitants, c’est le vrai Maroc.

Le contraste que constituent ces paysages :montagnes couvertes de neige, les plaines et les oasis verdoyantes, les grandes entendus de sables, les palmeraies, les voies d’accès traversant l’Atlas font de ces régions une vraie mosaïques offrant aux visiteurs de véritables moyens de dépaysement.

Dans ce Grand Sud où le sable ne cherche qu’à tout envahir, ils forment le cours de la vie. Les champs, les vergers ,les palmeraies, et les roseraies, constituent un long ruban fertile où les hommes font des miracles.

Les oueds de Draa, de Dadés , de Ziz sont le principaux moyens d’irrigation de cette région et qui serpentent de grandes vallées et parmis les plus belles de l’Afrique. Vallées toutes plantées avec des palmiers dattiers et que pour la plus part donnent des dattes de qualité supérieure, particulièrement celle de Ziz dans la province d’Errachidia.

Les paysages se suivent et l’un en fait oublier l’autre par son originalité. Sable brûlant et crêtes enneigées, canyons vertigineux s’ouvrant sur une compagne verdoyante, et partout, émergeant d’une palmeraie, juchées sur un roc rougeoyant, devant un lac émeraude, de somptueuses casbahs, féeriques citadelles de terre, et des ksours à la beauté insolite, villages fortifiés couleur de sable ;se sont les vallées de Draâ, du Dadés, du Ziz . En descendant le cours des oueds, en remontant le cours du temps : en prenant la route des casbahs au cours on rencontre une nature magnifique, une nature époustouflante.

Ouarzazate

Ouarzazate marque le début du périple en éblouissant le voyageur avec deux magnifiques casbahs, à la croisée des chemin entre les vallées de Drâa, du Dadés et du Ziz.

Celle de Taourirt, ancienne Résidence du Glaoui, est ahurissante de beauté. Des tours émergent d’une masse de maisons serrées les unes aux autres, poussent leur créneaux vers le bleu du ciel, se disputent la première place au soleil.

La casbah d’Ait Benhaddou reconnue patrimoine mondial par l’UNESCO, est située à 30 km de la ville. Un magnifique château de sable posé comme par magie dans un champ d’amandiers en fleurs, si beau jouant, si bien avec la lumière qu’il fut le décor de nombreux films, dont « Lawrence d’Arabie » et « Un thé au Sahara ». Titre de noblesse, cette casbah est la plus visitée dans la région( 123000 visiteurs l’année).

Point de départ de la route des oasis, Ouarzazate est aussi le point d’arrivée des cultures et l’artisanat. Dans son Souk hebdomadaire, le dimanche, se trouvent à profusion henné, roses, cumin, armoise distillée, à côté de poterie berbère, d’objets en piérre taillée , de couvertures et des réputés tapis Ouzguita, bleus ou jaune d’or, aux dessins géométriques.

Etape idéale, Ouarzazate accorde une merveilleuse détente dans ses hôtels, tous splendides. Généreuse, hospitalière, dépaysante, elle prépare en douceur aux extrêmes sensations du désert

Jaillissant du Haut- Atlas, l’oued Drâa creuse laborieusement son lit jusqu’à Agdz. Mais là, quelle revanche ! il donne vie à un spectaculaire liseré d’oasis de 200 km. Arrivé à M’hamid, lui qui fut jadis le ,plus long fleuve du Maroc se fait engloutir par les sables.

A Agdz, petit bourg dominé par sa citadelle, son fortin rouge et curieuse arête du djebel Kissane, que la route suit l’oued Drâa.

VALLEE DU DRAA

C’est un pied de nez au désert, la nature hisse ses couleurs . Grappes de dattes jaunes suspendues aux palmiers, buissons de lauriers exhibant des fleurs au ros éclatant, montagne brunes, beiges , grises enracinées dans une terre ocre et, de loin en loin, comme des mirages, d’innombrables ksours couleur de sable. Celui de Tamenougalt, l’un des plus typique, ancienne capitale des Berbères, celui d’Igdaoun, avec ses hautes tours en forme de pyramides tronquées, la casbah de Tinzouline…

L’Oasis de Zagoura, point de départ de la conquête des Saadiens au XVI e siècle vers Souss, puis après pour tout le Maroc, avant de se lancer dans la grande aventure qui les mènent jusqu’à Tombouctou .C’est aussi le point de départ pour les excursions les exaltantes.

Tamegroute avec ses célèbres mosquées aux toits de faïence bleu et aux minarets blancs, son influente dédersa et sa bibliothèque, créée au XVII e siècle, renfermant de superbes livres de Coran enluminés .

Place au sable et aux dunes à M’hamid, porte du désert, où se tient le lundi l’un des souks les plus colorés du Maroc .C’est à M’hamid el-Ghouzlane, la plaine des gazelles, où commence l’immense plateau désertique, l’hamada du Drâa.

MERZOUGA

A Merzouga, la route goudronnée s’arrête, pour laisser place aux aventures, les 4x4 et les Land-Rover sont là présents pour assurer la continuité de la découverte des étendus de sable brûlant à perte de vue. C’est là où les bains de sable sont aménagés pour les personnes souffrants de rhumatisme articulaire.

Sculptures mouvantes, couleurs changeantes, dunes de sable entassées par le vent, hautes comme des minarets illustrent ces tableaux naturels impressionnants. Fascinant, grandiose, illimité, le désert toujours recommencé où sable, vent et soleil s’unissent pour n’engendrer que l’infini. Au tombé de la nuit, un fennec pointe ses oreilles hors de son terrier ; un scinque, poisson des sables, rampe vivement ; un grand-duc hulule. Même le désert abrite la vie. Mais peu d’hommes peuvent se vanter d’en connaître les secrets.

VALLEE DU DADES.

Issu du Haut- Atlas, l’oued Dadés alimente une série d’oasis, «écrins des mille casbahs de la vallée. A partir de Boumalne, les versants désertiques de la montagne grignotent son ruban de verdure. Mais l’oued s’entête, s’incruste, fend d’épais blocs calcaires. Alors la vallée resserve

Ses parois vertigineuses et ce sont les gorges du Dadés.

Fondée au XIIe siècle par Yacoub el-Mansour, la luxuriante oasis de Skoura offre un prélude enchanteur à la Vallée des mille casbahs : el Kabbaba, Dar Aîchil, Dar Ait souss et, la plus belle, Amerhidil…

De palmeraies, en jardins, la route conduit jusqu’aux roses, les milliers et les milliers de roses qui embaument El Kelaa M’gouna, la plus belle des rosseries de la vallée.

Pour changer de l’air, Azlag est un vrai carrefour artisanal, où se trouvent 120 forgerons- presque tous les hommes du village- fabriquent de magnifiques poignards ouvragés ; l’ancienne casbah du Glaoui en équilibre sur un rocher ; la splendide casbah de Bou Taghrar.

Tout de suite après l’on découvre les gorges de Dadés ; un énorme bloc calcaire tranché d’un coup de sabre. Dans cet univers abrupt, déchiqueté, les casbahs épousent les couleurs, mauves, rousse, fauve, pourpre des roches.

La route se transforme en piste, traverse le Dadés, grimpe en lacet au-dessus d’un vertigineux canyon, pénètre dans un domaine privé : celui des oiseaux et des mouflons.

Autres gorges qui valent le déplacement : celles du Todra A partir de Tinghir, on parcourt une cinquantaine de kilomètres et on arrive…..au bout du monde. Deux falaises à pic de 300 mètres de hauteur séparée par un étroite couloir d’une vingtaine de mètres. Un spectacle inoubliable.

LA VALLEE DU ZIZ

Descendu du Haut-Atlas, le Ziz creuse son cours dans d’impressionnantes falaises, et passe avec une puissance exceptionnelle, vire aux environs de Rich et pique vers le Sud où il nourrit l’immense palmeraie de Tafilalet –berceau des Alaouites- et enfin, va se perdre dans les sables de Taouz.

Prés du Rich se trouve la Medersa de Sidi Salim. En allant vers Arfoud on traverse l’une des plus belles vallée du Maroc si ce n’est pas du monde. Ici l’eau est source de beauté, elle ponctue la route vers le desert.D’abord l’oued Ziz offre un spectacle impressionnant. Il taille impétueusement le calcaire pour créer un long corridor bordé de hauts palmiers d’où émergent les ksours et la sublime casbah d’Ifri. Puis endigué par le vaste barrage Hassan Addakhil, il forme une vaste nappe émeraude. Sur les rives ocre rouge, à la l’ombre des abricotiers, des femmes font leur lessive.

Un peu plus loin, la Source Bleue de Ain Meski est réputée pour accroître la fertilité. Des jeunes filles, aux stress ornées de pompons de laine, de coquillages, de rubans et d’amulettes, s’y baignent à la lueur des bougies qu ‘elles allument dans la grotte.

A NE PAS MANQUER

Au bout du voyage, la monumentale porte d’arfoud s’ouvre d’un côté sur un million de palmiers. De l’autre, sur les milliards et les milliards de grains de sable des premières dunes sahariennes apparaissent , c’est Merzouga , un cap sur le désert, où le coucher et le levé du soleil constitue un magnifique paysage. Personne n’ jamais regretté de s’être levé très tôt le matin( à 03heures) pour aller contempler le disque du soleil rose apparaître au-dessus des gigantesques dunes de

Merzouga :

Le Grand Sud réserve des moments grandioses, à ne pas manquer pour avoir accompli le tour.

De passage à Arfoud il ne faut pas rater les dattes délicieuses d’une multitudes de variétés issues de prés d’un million de palmiers dattiers dont les plus nobles sont celles dites Majhoule.La datte symbole de la culture et de la richesse de la région est célébrée chaque aux environs du mois d’octobre au cours d’une fête traditionnelle, joyeuse et colorée.

La vie en rose à El Kalâa M’gouna :

Au mois de mai, c’est la fête des roses d’El-Kalâa M’gouna. Danses et défilés s’y succèdent sous une pluie ininterrompue de pétales. Savez-vous qu’il faut une tonne de pétales pour obtenir un litre d’extrait de roses.

Les fours de Tamegroute .

C’est étonnant : des potiers cuisent en plein air dans des fours archaïques plats, pichets, jarres,…Ils sont tous verts et bruns .Le vert s’obtient avec du manganèse et du cuivre, le bleu de l’antimoine et du cuivre. Les prix défient tout concurrence ; c’est intéressant.

Voilà donc en gros l’image d’un vrai Maroc, le Maroc pittoresque, qui englobe les potentialités d’un tourisme culturel du terroir . On ne peut guère, se dépayser sans avoir fait la route des mille CASBAHS, là où tout est naturel, innocent, transparent et sincère.